25 juillet 2016

Education et mimétisme

Pour faire suite à une soirée consacrée à éducation et mimétisme dont le contenu principal sera probablement édité prochainement, voici quelques éléments problématiques avancés par Véronique. Comment faire pour ne pas en (des enfants) faire des “Narcisse”? (Narcisse étant celui qui refuse l’éducation,croyant pouvoir se combler de sa propre image), autrement dit comment en faire des sujets au sens psychanalytique du terme, capables de loger leur différence dans le collectif et donc de vouloir participer et oeuvrer à ce collectif ?... [Lire la suite]
Posté par philoaletheia à 17:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 janvier 2016

Hypocrisie de l'altruisme - valeur de l'égoïsme

           La soirée passée autour du thème de l'égoïsme a donné lieu à des échanges vifs, ce qui ne peut manquer d'être réjouissant lorsqu'on propose à la réflexion commune l'examen d'une thèse profondément subversive comme celle de Nietzsche. Au moins mes amis ne se seront-ils pas endormis trop tôt, ce qui pourrait bien être flatteur... Il faut dire que ce vieux Frère de Moustachu n'y va pas avec le dos de la cuiller lorsqu'il s'attaque avec la radicalité qu'on lui connait au discours... [Lire la suite]
Posté par philoaletheia à 17:41 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
24 décembre 2015

De l'engagement (1)

La question de l’engagement, suite à nos échanges, résonne en moi de la façon suivante. Sans aucune idée d’exhaustivité ni de prétention autre que simplement mieux approcher la question et de ne pas laisser se perdre certains des échos que nos échanges ont suscité en moi.  1° Précisions sur l’idée d’engagement : De la notion d’engagement, je retiens l’idée d’inscription dans la durée, vers le futur, celle de projet, de « promesse » (avec tout ce que cela amène d’un peu « inconscient », un peu... [Lire la suite]
Posté par philoaletheia à 17:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
24 décembre 2015

Ce que l'engagement ne dit pas

        Je cultive depuis longtemps une méfiance instinctive vis-à-vis de ceux qui revendiquent toute forme d'engagement sur les terrains qu'ils prétendent choisir librement : politique, social, religieux, humanitaire, éducatif. S'engager, c'est donner des gages, autrement dit risquer de perdre quelque chose dans une entreprise, dans un acte. Celui qui s'engage dans la vie maritale renonce simultanément à un certain vagabondage. Tenu par sa promesse, il est lié à un contrat moral qui met en jeu son... [Lire la suite]
Posté par philoaletheia à 16:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 novembre 2014

Pouvoir et contre-pouvoir

                   Pascal, dans son Premier discours sur la condition des Grands en 1660 imagine un voyageur jeté par une tempête sur une île inconnue et dont les autochtones recherchent leur roi disparu. Curieusement, notre homme ressemble trait pour trait à ce chef de tribu si bien qu'il est immédiatement pris pour lui et reçoit tous les honneurs dus à son rang et toutes les déférences liées au pouvoir qu'il représente. S'abandonnant à sa nouvelle condition et jouissant... [Lire la suite]
Posté par philoaletheia à 11:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
01 février 2012

DE QUEL DROIT LE DROIT ?

Force est de constater que la plupart de nos comportements sociaux sont régulés, normalisés, cadrés voire même encadrés par des textes juridiques, des codes, et autres circulaires d’application. On légalise, on institutionnalise nos modes de vie, nos us et coutumes dans ce somptueux et prolifique terreau du droit. Tout cela rassure nos édiles, qui, sous couvert de la loi et au nom du bien commun dictent leurs principaux desiderata conformément à l’expression de la volonté générale, cela va de soi. La référence au droit positif... [Lire la suite]
Posté par philoaletheia à 18:04 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 mars 2011

Tocqueville, l'Intranquille penseur ...

  TOCQUEVILLE, L 'INTRANQUILLE PENSEUR DE LA DEMOCRATIE   Alexis de TOCQUEVILLE présente manifestement aujourd'hui un regain d' intérêt pour la philosophie politique ; en effet dans l'abondante littérature politique du XIX° s , « De la démocratie en Amérique » est l'une des oeuvres les plus lues et les plus discutées . Après avoir été apprécié de son vivant , il tombe dans l'oubli après sa mort. Redécouvert d'abord aux Etats Unis dans les années 1930, il a fallu attendre les années 50, en France avec notamment... [Lire la suite]
11 décembre 2010

PROUDHON, l'Irréductible ( 3ème partie)

      Que faire de la démocratie ?     Dans la pensée de Proudhon, la démocratie parlementaire ne peut pas être la solution politique à la libération du couple individu-société. Elle ne fait selon lui qu’assurer la confiscation du pouvoir entre les mains d’une minorité qui s’applique nécessairement  et inlassablement à reproduire l’exploitation . Voici ce que Proudhon pense de la République de 1848 et du suffrage universel :   “ Direct ou indirect, simple ou composé, le gouvernement du... [Lire la suite]
05 décembre 2010

PROUDHON, l'Irréductible 2ème partie

  PROUDHON , l’Irréductible      ( 2ème partie)    Le fondateur d’un  socialisme scientifique ...    àl’écart de tout système   On  est alors mieux à même d’apprécier  ce qui sépare Proudhon du socialisme scientifique de Marx et ce qui peut à l’occasion susciter l’intérêt chez des penseurs du libéralisme . Socialiste , PROUDHON s’en proclame et le proclame hautement , mais il prend bien soin de  définir cette position et sa définition ne souffre aucune ambiguïté... [Lire la suite]
Posté par philoaletheia à 00:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
03 décembre 2010

PROUDHON, l'Irréductible 1ère partie

PROUDHON , l’Irréductible    (1ère partie) Un peu comme pour Machiavel à qui l’on prête bien à tort la paternité du machiavélisme (  un machiavélisme mal compris ) , la même méprise éclaire d’un jour douteux la personnalité et la pensée de PROUDHON . Trop souvent en effet on ne le connaît que par le titre fameux de son ouvrage : “ Qu’est-ce-que la propriété ?” et par la réponse qu’il donne à cette question dans les premières pages de ce même ouvrage : “ la propriété, c’est le vol”... [Lire la suite]
Posté par philoaletheia à 23:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]